PAULINE DRAGON

Après un bac scientifique, Pauline étudie pendant deux ans la littérature, l’histoire, la philosophie, l’allemand, l’anglais et le théâtre en Hypokhâgne et Khâgne au lycée Molière. Elle poursuit ses études lors d’une troisième année de licence à l’Université Paris X, pendant laquelle elle effectue en 2013 un semestre d’échange à Francfort à la Goethe Université. 

Elle se dirige ensuite vers des études en arts et intègre en 2014 l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris en scénographie et effectue un Erasmus d’un semestre à l’Ecole Nationale d’Art Dramatique et de Marionnette de Prague : le DAMU. Dans le cadre de ses études, elle réalise deux scénographies au CNSAD en 2018 pour Frédéric Belier-Garcia et en 2019 pour Caroline Marcadet. 

Elle poursuit en parallèle des études de théâtre pendant deux ans avec l’atelier du théâtre des Quartiers D’Ivry et en intègre en 2015 le Conservatoire Frédéric Chopin (XVe) jouant dans divers spectacles à cette occasion. Tout au long de ses études elle développe également des projets personnels de mise en scène et d’écriture avec des enfants dans le cadre d’atelier d’été. 

Elle collabore également en tant que scénographe et comédienne avec le collectif Platosphère pour deux créations : Manque de Sarah Kane et L’Endroit où c’est possible, une création collective autour du parcours de 7 migrants, au théâtre Nanterre les Amandiers, réalisé en partenariat avec le lycée Fénelon. 

Depuis 2013, elle travaille pour la compagnie TACA, avec laquelle elle réalise en co-mise en scène et scénographie des projets franco-allemands avec de jeunes professionnels sur des textes contemporains : Une Femme Nommée Médée, d’après Sénèque, J’aime ce pays de Peter Turrini, Le Dragon d’Or de Roland Schimmelpfennig…

En 2020, elle remporte le prix de la Casa de Velazquez de l’ENSAD et part à Madrid pour deux mois de résidence en scénographie et sculpture sur un recueil de poème de Federico Garcia-Lorca.